Le saviez-vous ?

Il faut recharger une batterie de vélo électrique avec son chargeur


Il n’existe pas encore de chargeur universel normé pour les batteries de vélos à assistance électrique (VAE), et pour cause : chaque fabriquant préconise l’utilisation de leur propre chargeur.
En effet, l’utilisation d’un chargeur autre que celui fourni lors de l’achat du VAE peut endommager durablement la batterie (durée de vie, cycles de charge allongés…) et ainsi nuire à l’expérience des utilisateurs. La société Bosch par exemple, stipule que toute utilisation d’un autre chargeur que ceux proposés par la marque entrainera un non-lieu de la garantie et une perte du droit à la garantie de la batterie et du VAE. Il n’existe donc pas de solution miracle : il faut voyager avec son propre chargeur lorsque l’on souhaite recharger son VAE.

C’est la raison pour laquelle nos bornes SO’FREE ne proposent pas de chargeur intégré afin de respecter les droits à la garantie des usagers. 

Recharger une batterie de vélo électrique par induction

 
Comme pour les téléphones portables, il existe des solutions de recharge à induction pour les batteries de vélos électriques (VAE). Mais comme pour les téléphones portables, cette technologie sans fil a des inconvénients  : surconsommation d'énergie électrique soit dû à la technologie et/ou à la position de l'émetteur et récepteur. Un décalage entre ces éléments techniques diminuent sensiblement le rendement de la charge jusqu'à être nul. Ainsi, les stations de recharge à induction ne supportent convenablement que les vélos électriques qui ont été conçus pour les recevoir. Cette technologie limite l'offre de recharge.

C’est la raison pour laquelle nos bornes SO’FREE ne proposent pas de chargeur à induction afin de garantir une recharge rapide et respectueuse de l'environnement.

Galeries marchandes : transformer ses visiteurs en consommateurs.


Avec l’approche des fêtes, les centres commerciaux sont sur les starting blocks pour développer leur chiffre d’affaires durant ce moment crucial.
Le e-commerce tire son épingle du jeu avec +94% de chiffre d’affaires générés sur la période des fêtes en 2016. Conséquence : de nombreux acheteurs ne se déplacent plus dans les grandes surfaces.
Il y a une problématique supplémentaire à ajouter : celle des visiteurs « non-consommateurs ». Non seulement il y a moins de visiteurs dans les grandes surfaces, mais ceux-ci n’y sont pas toujours pour acheter.
De nombreuses personnes fréquentent désormais les espaces détente des centres commerciaux, dans le seul but de pouvoir utiliser les réseaux sociaux en profitant d’une place assise. Les applications comme Facebook ou Instagram étant extrêmement énergivores, arrive le moment fatidique où la batterie vient à manquer.
Nos bornes de recharge SO’FUN sont dédiées à cette problématique : elles permettent de recharger les smartphones de vos visiteurs en sécurité dans nos trappes équipées de digicodes. De cette façon, les smartphones se rechargent, et les visiteurs sont libres d’aller dans les boutiques et d’y consommer, le temps d’une recharge (1% par minute en moyenne).
En plus d’apporter un service innovant et gratuit, boostez le chiffre d’affaires de vos commerces, tout en allégeant la charge des espaces d’accueil, souvent sollicités pour recharger son téléphone lorsque c’est possible.


Comment développer la mobilité douce sur son territoire ?


Une question d’actualité qui s’impose aux collectivités : comment répondre aux besoins des utilisateurs au sujet de la mobilité douce ? Outre les vélos-routes et autres pistes cyclables, la clé se situe dans le service proposé aux utilisateurs.
En effet, il faut prévoir des loueurs, pour les touristes non équipés, des infrastructures de stationnement dédiées… tous ces services qui permettent aux cyclistes de circuler dans les meilleures conditions.
Depuis peu, le vélo à assistance électrique se développe, surtout à l’étranger : 4% des vélos vendus en France en 2016 sont des VAE, contre 45% pour la Belgique et il s’est vendu 5 fois plus de VAE que de vélos classiques en Allemagne sur la même année.
Une raison explique ce fait : le manque d’infrastructures dédiées VAE en France. Pour recharger son vélo à assistance électrique, il faut soit brancher sa batterie amovible sur secteur, soit brancher le vélo entièrement sur une prise si la batterie ne peut pas s’en détacher.
Or, de plus en plus de batteries sont amovibles, mais les possibilités de recharge en dehors d’un établissement (restaurant, hôtel, office de tourisme) est limité : la France manque de points de recharges en dehors des villes, le long des trajets vélos.
Nos bornes sont dédiées à cette problématique : elles peuvent être fixées au sol, ou mobile, et fonctionnent soit raccordées au réseau électrique, soit grâce à un système de panneaux photovoltaïques. Il suffit donc de brancher sa batterie dans une trappe, de la verrouiller, et de profiter du paysage ou visiter un site le temps de la recharge !
Simples, sécurisées et responsables de l’environnement, nos bornes sont la solution la plus adaptée aux situations hors réseau-électrique : découvrez les ici !


A qui profite la recharge sans fil QI ?


L'idée parait séduisante : recharger rapidement un Smartphone sans utiliser son câble ! Le principe : générer un champ électromagnétique entre le chargeur et le mobile grâce au processus appelé induction magnétique. Mais voilà, cette technologie pose plusieurs problèmes. Selon la position du mobile sur son support et la technologie d'induction, l’efficacité énergétique peut varier de 50 à 95% (quasiment 100 % pour du filaire) ce qui a pour conséquence une surconsommation d'électricité. Ensuite, l'échauffement généré par l'induction peut réduire considérablement la vie de la batterie, voir la détériorer définitivement. Enfin, il existe de nombreuses technologies, puissances et supports en fonction des modèles et marques des mobiles et chargeurs. Le bilan avantages / inconvenients n'est donc pas très brillant: surproduction de CO2 en fonction des technologies des centrales électriques (charbon notamment), risques d'accident corporel, d'incendie, augmentation des déchets industriels,  surexploitation des ressources minières, etc. Si de nombreuses startups et fournisseurs font l'éloge de cette technologie qui donne l'illusion d'une amélioration notable sur la façon d'utiliser nos mobiles, on peut alors se demander si cela vaut l'économie d'un geste simple et facile. 

Ce sont donc pour toutes ces bonnes raisons qui visent à ne pas polluer inutilement notre planète sous prétexte de s'affranchir d'un câble électrique que nos bornes de recharge SOMOPHONE ne sont pas équipées de chargeurs sans fil QI : le développement durable c'est de l'investissement durable, faisons un geste pour notre planète.